Contactez-nous...

01 47 60 00 98 • info@le-temps-de-vivre.info

Inscrivez-vous à la newsletter ...

CQFD : Contes du quotidien follement déjantés

CQFD : contes du quotidien follement déjanté

Christian Pierron

Vers l’Est, on donnait de l’eau bouillante aux poules pour qu’elles pondent des œufs durs…

Au Nord, un homme ne laissait rien au hasard, pas même ses funérailles… Un narrateur pince-sans-rire et son accordéon à lunettes se lancent des défis tous azimuts pour raconter ces histoires poétiques et absurdes avec humour et un brin de folie.

Voir un extrait

Christian Pierron

Après avoir longtemps fréquenté mon personnage de clown sur des scènes diverses, en solo, duo ou trio, (« Ginette et ses loustics », trio chansons loufoques dans les estaminets du Nord), j’ai eu la chance de découvrir le conte avec Michel Hindenoch en 2001, au cours d’un stage qui s’est prolongé par des rencontres régulières à Bruxelles.

C’est la journée professionnelle du festival de Vassivière en 2006 qui m’a ouvert les portes de mon métier de conteur. Depuis, j’ai raconté dans les festivals, les théâtres, les cafés, des parcs, médiathèques, écoles, cimetières, prisons, à domicile…

Christian Pierron adapte des contes traditionnels, des nouvelles, ou écrit ses propres histoires.
Il a obtenu le Prix du Public au « Grand Prix des Conteurs de Chevilly-Larue » en 2007.

La presse en parle

Grand prix du public 2007 au festival des conteurs de Chevilly-Larue, le ch’ti est incontestablement une des valeurs montantes de la discipline, et il le prouve. Pendant plus d’une heure, avec toute sa naïveté et sa malice, Christian Pierron dévoile ses histoires loufoques et furieusement dérangées qui ne manquent pas de provoquer des éclats de rires dans la salle… »
Vincent Ruckly – Journal l’Alsace

Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour que les sourires et le rire s’installe dans la salle des fêtes pour le plus grand plaisir du public. A la fin du spectacle, le public ne s’y est pas trompé en commentant sa joie d’avoir été présent à ce festival itinérant de contes qui, comme nous l’a dit Sandrine Terrier, a battu un nouveau record d’affluence.
L’union l’Ardennais, 26 mars 2008

Pas de doutes, Christian Pierron est givré. Il sait instiller de l’absurde dans des histoires qui commencent pourtant comme des contes ordinaires mais se mettent à déraper.
La belle Loukhoum  qui décide de s’acheter un nouveau prénom, Isidore qui à force de se croire mort l’est devenu tout à fait, sans parler de son âne qu’un excès de luzerne envoya sur la lune…
Mêlant contes, blagues, chansons, clins d’œil à Barbara, Johnny ou Brassens, airs d’accordéon et humour pince sans rire…
Les applaudissements du public ont sans doute conforté Marie-France Marbach, directrice artistique du festival, dans l’excellence de son choix.
Le Progrès – 5 novembre 2008

Avec son physique longiligne à la Rufus, l’artiste attire déjà l’attention. Son large sourire est communicatif. Des mots simples, justes, imagés… Des métaphores surréalistes, burlesques et riches de poésie…
Avec Christian Pierron, tout peut être raconté ; pourvu que cela fasse mouche, touche et déclenche l’hilarité.»
L’Aisne Nouvelle, 7 février 2009

Voir le Projet