Contactez-nous...

01 47 60 00 98 • info@le-temps-de-vivre.info

Inscrivez-vous à la newsletter ...

Édition 2018

  • Tate-Topa

    Patrick Fischmann

    Découvrez l’esprit indien, magnifiquement porté par la voix et les multiples instruments d’un aède des temps modernes.

19e édition : 5 > 27 octobre 2018

Imaginé par la compagnie Le Temps de Vivre depuis 2000, Rumeurs Urbaines est une fabrique du conte et des arts du récit avec ses sorties de chantier (avant-premières et créations inédites) et ses spectacles. Invitation à la pensée, au plaisir, à la découverte, à l’émotion, Rumeurs Urbaines propose un formidable aperçu de la scène française du conte. De Nanterre à Cergy en passant par Colombes, dans les médiathèques et les théâtres, sur les scènes de musiques actuelles ou dans l’espace urbain, plongez dans un flot de paroles enjouées, engagées, réalistes ou bouleversantes.

Devenir fan

Jingle du festival, composé et écrit par Nidal Qannari et Hélène Palardy (Les conteurs électriques), enregistré, mixé et arrangé par Clément Roussillat.

Le festival est produit par la compagnie Le Temps de Vivre, conventionné par le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine et soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication, le Commissariat général à l’Égalité des Territoires, la Direction départementale de la Cohésion Sociale, la Région Île-de-France, la Ville de Colombes et l’ADAMI.

Edito

A l’heure où les nations du monde occidental retournent à leurs fantasmes nationalistes et identitaires ; où des pays, d’une fourberie sans vergogne, se rejettent la responsabilité de ne pas secourir des migrants ; il est, encore et toujours, urgent de résister au repli sur soi, à une déshumanisation qui nous conduit vers un monde sans avenir.
Pour cela, Rumeurs Urbaines, festival du conte et des arts du récit, redouble d’efforts pour continuer à être ce rendez-vous artistique et culturel, géographique et humain, pluriel et sans frontières que nous réinventons depuis 19 ans. Être un printemps au milieu de l’automne : une chrysalide pour les histoires naissantes, un arc-en-ciel pour les spectateurs, un cocon pour les artistes. Au coeur de ce fragile éco-système, 6 équipes en résidence de création, 18 raconteurs invités mais aussi des amateurs qui font vibrer l’air avec d’autres mots. Rumeurs Urbaines veille au vivant comme au vécu, pour que l’imagination façonne notre réalité.

Merci aux collectivités territoriales pour leur soutien renforcé, à tous nos partenaires pour leur engagement à nos côtés, à l’équipe de la compagnie Le Temps de Vivre qui porte le festival et un grand merci à tous les bénévoles. Merci enfin à vous qui allez faire vivre tous ces moments.

Retour en images sur la 18e édition

Retour en images sur la 17e édition

De l’oralité à la rumeur

Le festival a vu le jour en 2000 avec La Semaine du Conte et de la Palabre, à l’initiative de la Compagnie Théâtrale Le Temps de Vivre. Créée pour faire rayonner le conte et les arts de la parole, elle se voulait une réponse au quotidien souvent anonyme et tourné sur lui-même en privilégiant l’échange et la proximité.

L’urbain et l’ailleurs

En 2004, le festival prend le nom de Rumeurs Urbaines pour affirmer son identité d’’ouverture géographique : centrées sur une région du monde, les « nouvelles » Rumeurs Urbaines proposent de découvrir l’autre et l’ailleurs comme un chambre d’écho à notre quotidien. Une thématique est choisie comme point de départ pour construire du lien entre l’’oralité d’une culture et ses présences en rumeurs dans nos villes. C’est ainsi que le festival, au nom de la diversité culturelle, a tendu vers une ouverture pluridisciplinaire (voix, musique et arts plastiques).

2004 Bobo Dioulasso
2005 Le Caire
2006 Montréal
2007/2008 Les Caribéennes : Port-au-Prince / La Havane / Caracas
2008 “Les Dieux dans la ville” : la culture afro-caribéenne
2009 Peuples Nomades
2010 La Réunion

Le tournant « Made in France »

En 2011, l’édition « Made in France » marque la fin de l’exploration géographique et pluridisciplinaire du festival. Rumeurs Urbaines se concentre désormais à mettre en valeur la diversité de la scène francophone du conte, devenant un incontournable du réseau professionnel. Le festival accompagne de plus en plus les créations et les artistes. La dimension urbaine se cultive en privilégiant les spectacles insolites dans l’espace urbain (feuilletons à suivre de ville en ville, contes en bus et en tramway, happening et théâtre invisible en rue, visites décalées avec des guides en tout genre).