Contactez-nous...

01 47 60 00 98 • info@le-temps-de-vivre.info

Inscrivez-vous à la newsletter ...

La danse des Nartes

La danse des Nartes

Julien Labouche

Une quête époustouflante, une épopée d’une poésie et d’une force rares, illuminée par les polyphonies caucasiennes.

« À la croisée de sept chemins, entre deux mers, s’élève une tour de fer. Lumière du ciel – Beauté de la terre, est la femme qui s’y terre. Aucun homme n’a jamais pu l’apercevoir. Alors les fiers Nartes dansent et tentent d’attirer son regard. »

Avec Julien Labouche (récit, chant et Shahi Baaja), Christian Fromentin (Saz, kamantcheh, Panduri)
Mise en espace, création lumière et regard artistique: Pascal Fauliot
Aide à la création : Compagnie Hamsa / Festival du Légendaire / Ville de Luisant.
Avec le soutien de la Baleine qui dit Vagues – Pôle ressource conte en région PACA.

Voir un extrait

La presse en parle

Les deux artistes ont déployé une belle énergie et un enthousiasme communicatif pour nous narrer en un peu plus d’une heure les aventures hautes en couleurs des Nartes, les « fils du soleil », un peuple de guerriers héroïques, à la fois humains et semi-divins.

Ils sont venus accompagnés de tous leurs instruments, qui constituent indéniablement l’un des atouts de leur spectacle : saz (luth à manche long), kamantcheh (instrument à cordes frottées d’origine iranienne) et panduri (instrument géorgien à trois cordes) pour Christian Fromentin, banju (ou shahi baaja), un instrument à cordes pincées indien de la famille des cithares, pour Julien Labouche. Outre leurs sonorités originales, peu familières à nos oreilles occidentales, ces instruments sont aussi un véritable plaisir des yeux, car ils sont pour la plupart fabriqués de manière artisanale dans des bois de différentes teintes et des écorces précieuses. La petite présentation de chacun d’entre eux faite à la fin du spectacle est à cet égard bienvenue et très instructive.

Légende arthurienne

Tant sur le fond que sur la forme ce spectacle présente de multiples qualités, en particulier une véritable connaissance du Caucase, pays d’origine de ce récit épique, qui repose sur un conséquent (et sérieux) travail de collectage et d’immersion sur place, et une vraie collaboration, un échange constant entre les artistes, conteur et musicien (tous deux excellents), pas de place ici pour une musique plaquée artificiellement en toile de fond d’une histoire mais un va-et-vient constant entre la narration, le chant et les mélodies.

Pour ce qui est du récit lui-même, on est en plein dans l’épopée fleuve avec toute une galerie de personnages et une série d’épreuves initiatiques à franchir, notamment des combats contre des monstres en tous genres. Les Nartes (aux noms plus compliqués à retenir les uns que les autres), à l’image des chevaliers de la Table ronde dans la légende arthurienne, partent à la conquête d’une femme, la belle Lumière du Ciel-Beauté de la Terre, qui, comme toute princesse digne de ce nom, est enfermée dans une immense tour en fer. En valeureux guerriers, ils ne reculent devant aucun combat et relèvent tous les défis. Leurs exploits sont encore chantés dans toute cette région du Caucase, située entre l’Europe et l’Asie. Le cycle épique, dans lequel ils s’inscrivent, a pris naissance avec le peuple scythe au VIe siècle avant J.-C., puis s’est enrichi au cours des siècles jusqu’à devenir un gigantesque corpus d’histoires, partagé par différentes ethnies caucasiennes (Kabardes, Ossètes, Tchétchènes, Ingouches, etc.). La version utilisée dans ce spectacle est tirée d’un ouvrage de Georges Dumézil, Le Livre des héros. Légendes sur les Nartes.

On ressort de ce spectacle, une multitude d’images plein la tête et avec, au creux de l’oreille, la mélodie envoûtante de ces instruments chargés d’histoire qui ont traversé les siècles pour faire naître leurs sonorités insolites sous les doigts de ces deux magiciens des sons (et artisans des mots) que sont Julien Labouche et Christian Fromentin.

Cristina Marino, le monde.fr

Julien Labouche

Julien Labouche est conteur depuis 15 ans, chacune de ses creations est l’occasion d’une plongé dans la littérature orale et la musique de cultures proches ou lointaines.

En 2010, Il fonde la Compagnie de L’œil Magique afin de promouvoir et d’articuler le conte et les arts visuels, la compagnie propose plusieurs spectacles (Atomic Byliny, Corbeau l’indien, Conte concert de dessins).

Voir le Projet